Les poissons___________________________________________________________________Retour a la carte

Les êtres humains exercent d’importantes pressions sur la rivière Saint-Jacques et sur les espèces y vivant. Cependant, ce stress n’empêche pas la rivière d’accueillir 35 espèces de poissons différentes, qui s’y alimentent ou s’y reproduisent. La diversité ichtyenne (des poissons) est plus élevée à la confluence de la rivière et du ruisseau Saint-Claude et en amont de ces derniers. Elle s’explique par la présence de nombreux milieux humides et par la succession de zones d’eau vive et d’eau calme, ce qui permet la reproduction d’un plus grand nombre d’espèces de poissons.

La rivière Saint-Jacques est essentielle au maintient des populations de poissons du petit bassin de La Prairie puisque c’est l’une des dernières rivières naturelles de ce dernier. On peut même comparer la rivière à une pouponnière à poissons puisque de nombreuses espèces y vont chaque été pour se reproduire dans ses eaux plus calmes et leurs jeunes y restent le temps de grandir un peu.

la perchaude (Perca flavescens)


La perchaude est un poisson commun au Québec. C’est une espèce grégaire qui forme des bans de 50 à 200 individus. Les adultes vivent dans les eaux profondes des lacs et des rivières et migrent vers les eaux peu profondes des rives pour se reproduirent.

La rivière Saint-Jacques représente une telle zone d’eau peu profonde qui attire de nombreuse perchaudes à chaque printemps. En fait, la rivière Saint-Jacques est considérée comme l’une des plus importantes frayères pour cette espèce dans la région de Montréal.


perchaude

le mEnE jaune (Notemigonus crysoleucas)

méné jaune


Il y a 10 espèces de ménés au Québec. À la rivière Saint-Jacques, on peut les voir dans les eaux peu profondes de la rives et dans les zones où la végétation est abondante.

Les ménés ne mesurent que quelques centimètres de long et possèdent souvent une bande latérale plus foncée sur le côté du corps. Ils sont une ressource alimentaire importante pour de nombreuses autres espèces aquatiques. C’est aussi un poisson important pour la pêche sportive, puisqu’ils servent d’appâts.


LE Grand brochet (esox Lucius)


Le grand brochet est un poisson solitaire et très territorial. Il est souvent qualifié de carnivore-omnivore opportuniste puisqu’il mange tout ce qui lui tombe sous la dent : des poissons aux grenouilles en passant par les canetons et les écrevisses. Il se retrouve généralement dans des eaux calmes où les plantes abondent.

Le grand brochet affectionne particulièrement le ruisseau Saint-Claude comme zone de frai. Il frait tôt au printemps, dans des eaux peu profondes. Les plaines inondables et les petits ruisseaux qui s’assèchent au courant de l’été sont favorable à la reproduction de cette espèce. C’est d’ailleurs un des poissons qui est visé par les aménagements fauniques qui seront aménagés dans la phase 1 du projet.

brochet

les Amenagements fauniques pour les poissons

Les plaines inondables autour des rivières constituent des zones de reproduction pour plusieurs espèces de poissons. Malheureusement, il arrive que des secteurs connectés pendant la crue du printemps soient déconnectés quand le niveau d’eau baisse au cours de l’été. Les jeunes poissons et parfois même des adultes sont alors pris à l’intérieur des terres dans des étangs qui s’assècheront complètement, tuant ainsi leurs occupants qui ne peuvent s’échapper. Pour remédier à ce problème fréquent à la rivière Saint-Jacques, des canaux seront creusés entre la rivière et les étangs printaniers. Ils permettront aux poissons de retourner à la rivière, diminuant ainsi le taux de mortalité.

Pour en savoir plus ... 

  1. liste des poissons qui se retrouve à la rivière Saint-Jacques en pdf
  2. site du MRNF à propos d’une vingtaine de poissons du Québec, chacune avec une fiche descriptive http://www.mrnf.gouv.qc.ca/faune/peche/poissons/index.jsp
  3. Guides sur l’aménagement fauniques (22 guides gratuits) : http://www.fondationdelafaune.qc.ca/initiatives/guides_pratiques/

crédit photographique : Ministère du Développement Durable, Environnement et Parcs

© 2008, tous droits réservés