LEs especes rares______________________________________________________________Retour a la carte

Le territoire du parc régional abrite une dizaine d’espèces animales ou végétales rares. Ces espèces ont un statut particulier devant la loi et doivent être protégées. Quelques zones de conservation seront créées pour que ces espèces puissent vivre sans être dérangées par les visiteurs. De plus, la création du parc régional élimine le risque que leur habitat ne soit détruit, ce qui constitue la menace principale à la survie de ces espèces. 

rainette faux-grillon (pseudacris triseriata)

Cette rainette s’accommode d’une grande variété d'habitats, en autant qu’ils soient assez humides et que la végétation y soit suffisamment dense : champs ouverts, friches et boisés sont au nombre de ses choix. Aux abords de la rivière Saint-Jacques, on peut l’observer dans le marais Smitter’s, près du lac de l’ancienne carrière, et probablement dans les boisés de Brossard et La Prairie.

Cette rainette est la plus petite des espèces de grenouille du Québec ; elle mesure de 2 à 3 cm de long. C’est aussi celle qui se reproduit le plus tôt, alors qu’il y a encore de la neige au sol. Les rainettes mâles forment des chorales qui peuvent s’entendre à des kilomètres. Leur chant ressemble un peu à celui d’un ongle que l’on frotte sur un peigne.

La protection des étangs où cette grenouille se reproduit est primordiale pour la conservation de cette espèce. D’abord, la plupart des rainettes ne survivent pas à leur deuxième hiver. Ce sont donc les petits de l’année précédente qui assurent la pérennité de l’espèce. Il ne suffit que d’une année sans reproduction, en raison de la destruction de l’étang de reproduction, pour diminuer considérablement la taille d’une population. De plus, elles sont si petites qu’elles ne peuvent se disperser sur de longue distance et migrer vers un nouvel étang. Conséquemment, si leur étang natal est détruit, il y a de fortes chances qu’elles n’en trouvent jamais un autre pour se reproduire.

rainette-faux-grillon

Petit blongio (ixobrychus exilis)

blongio

Le petit blongio fait parti de la famille des hérons. C’est un oiseau discret qui n’aime pas être dérangé. Il migre au Québec en mai et retourne vers le sud à l’automne. Il affectionne particulièrement les marais à quenouilles, mais peut se retrouver dans d’autres types de marais et de marécages.

On n’a jamais observé de nid de petit bonglio à la rivière Saint-Jacques, mais l’espèce y a été aperçue pendant sa période de reproduction. Que la rivière représente une aire de reproduction ou seulement une aire d’alimentation, il est nécessaire de protéger le territoire où on retrouve le petit blongio. C’est pourquoi une zone de conservation englobera le milieu humide où il a été observé et où il a le plus de chance de se retrouver.


Chene bicolore (Quercus bicolor)

Le chêne bicolore préfère les sols humides, voir les marécages, puisqu’il ne tolère pas la sécheresse. Il peut mesurer de 15 à 20 m de haut. Ses feuilles ont des pointes arrondies et prennent la forme caractéristique à toutes les espèces de chêne.

Pour en savoir plus ... 

  1. liste des animaux vulnérables et menacés du quebec http://www3.mrnf.gouv.qc.ca/faune/especes/menacees/liste.asp
  2. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) http://www.cosewic.gc.ca/fra/sct5/index_f.cfm
Chêne bicolore

 

crédit photographique : Rainette - Jacques Brisson Nature Watch Canada, Petit blongio - Éric Bégin, Chêne bicolore - Louise Morin

© 2008, tous droits réservés